#monanalyse
#monanalyse

Jean Michelin, officier et écrivain, et vice versa

L'interview d'un militaire, officier de surcroît, est toujours un événement pour le blog suprême. D'autant plus lorsque l'impétrant est aussi écrivain. Lisons sans plus attendre.

#monanalyse
le 18 AVRIL 2022,

L'interview de Jean Michelin (@jean__michelin)

Maître Roger
Maître Roger

Bonjour Jean, qui es-tu ? Où vas-tu ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je suis officiellement un daron (depuis peu), quadragénaire (depuis encore moins longtemps), militaire (depuis un bout de temps maintenant) et j’essaie assez laborieusement d’accomplir la destinée de mes huit ans en devenant écrivain.

Évidemment, même en rognant sur mes nuits de sommeil, j’ai bien du mal à faire toutes ces choses en même temps de façon acceptable, mais ça ne m’empêche pas d’essayer.

Je vais là où le vent, mes envies et surtout les bons soins de l’administration militaire me mènent. Affecter quelqu’un de mon patronyme à Clermont-Ferrand me fait penser que mes gestionnaires ne manquent pas d’humour et je trouve que c’est plutôt heureux.

Maître Roger
Maître Roger

Ah, super, je me suis dit « surtout ne pas l’interroger sur son patronyme, non aux blagues faciles sur les pneumatiques, il a dû souffrir suffisamment à l’école, cet homme »… il est ainsi parfait que ce soit toi qui lance le sujet d’emblée.

Ainsi il y a des gens au ministère des militaires qui ont de l’humour ? 🤔

Jean Michelin
Jean Michelin

Oui, bien entendu. On rit beaucoup par chez nous, et à tous les niveaux de la hiérarchie. Je crois que c’est heureux et complètement nécessaire : certains de mes plus grands fous-rires sont arrivés en opération dans des circonstances pas rigolotes du tout.

Je pense en particulier à la réinterprétation improvisée d’une scène du Dîner de Cons au milieu du désert avec les gars du poste de commandement du bataillon, c’était inoubliable.

D’ailleurs, le maréchal Von Apfelstrudel lui-même n’affirmait-il pas que « l’humour? C’est une des choses que je préfère. Avec l’infanterie et les pieds paquets. »

Désolé, j’ai des références de vieux moi aussi.

Maître Roger
Maître Roger

Quel était ton rêve d’enfant ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Assez banalement, je caressais l’idée du métier des armes avec l’enthousiasme brouillon d’un gamin qui n’a aucun contact dans le métier. Il a fallu un certain nombre de rencontres aussi décisives qu’improbables pour que je consolide ce qu’il faut bien appeler pompeusement une vocation et que j’arrive à l’accomplir.

Je me dis que pendant des années, mes parents se sont sans doute demandé qui était ce drôle de mouflet qui dessinait des champs de bataille à longueur de journée.

L’autre rêve, c’était d’écrire, j’ai mis un peu plus de temps mais ça vient.

Le dernier, plus tardif, était de devenir une star du rock. Je n’ai pas encore renoncé, même s’il faut bien admettre que le temps joue contre moi. Le temps et le manque de talent, aussi, sans doute.

Maître Roger
Maître Roger

Accomplir deux rêves sur trois, c’est plutôt un bon score, je trouve. Et puis tu peux devenir star du rock sur le tard, après une double carrière, un peu comme Paolo Conte.

Jean Michelin
Jean Michelin

Ce serait toujours mieux que la carrière musicale de Michel Houellebecq, honnêtement. Sans devenir une star, reprendre des standards de rock dans un bar à l’aube de la soixantaine m’irait très bien aussi.

Maître Roger
Maître Roger

Ah oui, Houellebecq, c’est clair, ça va trop loin.

Bon bon bon, reprenons le fil de ta vie. Quand as-tu décidé de devenir officier ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Il a d’abord fallu mettre un peu de concret sur mon projet initial qui était de devenir « colonel tireur d’élite et pilote d’hélicoptères ». Je pense que c’est en quatrième ou en troisième que j’ai formulé clairement l’ambition d’entrer en lycée militaire pour y préparer puis y intégrer Saint Cyr.

Que ce soit cette seule foucade qui ne me soit pas passée et que j’aie mené ce projet à terme me surprend encore aujourd’hui, pour être honnête.

Maître Roger
Maître Roger

Qu’est-ce que la guerre nous apprend sur la nature humaine ?

Jean Michelin
Jean Michelin

On pourrait parler très longtemps de cette question sans aborder autre chose que des banalités superficielles.

Si je devais retenir un seul enseignement, celui que j’ai essayé de garder en moi après avoir connu une très modeste – j’insiste sur ce point – expérience du feu, c’est que tout ce cinoche, la vie, l’amour, la lumière du soir qui tombe, la bonne musique, le vin et les copains, est très fragile et très éphémère.

Et que s’il existe des causes justes et qui méritent qu’on se batte pour elles, si ma vocation est toujours intacte à défendre la représentation sans doute confuse et imparfaite que je me fais de mon pays, la guerre, franchement, ce n’est pas mon activité préférée.

Je suis rentré d’Afghanistan avec quelques solides obsessions chevillées au corps. Elles sont un peu cul-cul mais je les assume : j’ai juré de ne plus jamais croire acquise la lumière du matin. Alors j’essaie d’en profiter.

Maître Roger
Maître Roger

Merci pour ta réponse. Je ne regarderai plus la lumière du matin de mes célèbres photos quotidiennes de ma banlieue comme avant.

Jean Michelin
Jean Michelin

Blague à part, faire l’effort de regarder la lumière est un investissement que je n’ai jamais regretté. En banlieue ou ailleurs !

Maître Roger
Maître Roger

Ce jour où cette question est préparée, tu as cité un autre officier, @Michel_Goya, le premier militaire interviewé dans le blog suprême, il y a un an :

Est-ce que nous pouvons dire, comme dans les Tontons flingueurs, que l’esprit fantassin se perd et que c’est un tort ?

Jean Michelin
Jean Michelin

D’abord, je ne crois pas que l’esprit fantassin se perde, et puis les Tontons Flingueurs, c’est quand même pas ma génération. L’adulte que je suis devenu apprécie mieux le film aujourd’hui, parce qu’il est admirablement écrit et très drôle, mais il faut bien admettre que j’ai un souvenir précis de mon premier visionnage, je devais avoir onze ou douze ans, on m’avait mis devant une cassette vidéo chez des amis de mes parents dont les enfants étaient grands et partis et on m’avait dit « hahaha c’est un monument tu vas beaucoup rire ».

Et j’étais poli mais un peu consterné, sans doute comme le seraient les gamins d’aujourd’hui si je les soumettais à l’intégrale des Nuls pendant que leurs parents et moi serions en train de vider les rares bonnes bouteilles qui survivent à mes déménagements réguliers.

Et enfin, j’aime bien recycler les expressions des autres armées, donc je confesse régulièrement qu’en vingt ans de marine, par exemple, j’ai jamais vu un merdier pareil.

Maître Roger
Maître Roger

Très bonne idée, l’intégrale des Nuls en vidant les bouteilles. Si je peux aider… (pour lesdites bouteilles)

Jean Michelin
Jean Michelin

Voilà. Des trucs de vieux. Cela dit, même Kev Adams est vieux maintenant que son public historique est entré dans la vie active.

Maître Roger
Maître Roger

Ça nous rajeunit pas #monanalyse

Parlons de toi en tant qu’écrivain.

Comment t’est venue l’idée de « Jonquille », ton premier livre ?

Jean Michelin
Jean Michelin

L’envie d’écrire sur l’expérience du commandement d’une compagnie pendant six mois en Afghanistan m’est venue dès le retour et j’ai écrit plein de débuts de livres qui étaient tous très mauvais.

L’idée de cette forme, une galerie de portraits croisée avec une collection d’anecdotes qui viendraient raconter cette expérience en pointillés m’est venue littéralement dans un TGV entre Lille et Paris, un an plus tard. J’allais assister à une réunion importante et j’ai eu bien du mal à me concentrer sur autre chose pendant toute la journée. Quand je suis rentré chez moi, le soir, j’ai fait la liste des chapitres et j’ai commencé à écrire dès le lendemain.

Tout ce qui est arrivé après est encore du domaine de la magie noire pour moi.

Maître Roger
Maître Roger

Et Ceux qui restent, qu’est-ce qu’ils vont nous dire, le 18 août prochain ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Après Jonquille, je voulais faire deux choses : écrire des romans parce que c’est ça, ma chapelle culturelle, et parler du retour parce que c’est difficile, de rentrer. Ceux qui restent parlera de ça, sous le prisme de la fiction.

On parlera des familles, de ce qu’on ne sait pas raconter, des deuils qu’on porte et des choses qu’il faut laisser partir. On parlera d’amour aussi.

Je suis très fier de ce livre. Et très heureux de me dire aussi que je peux passer à d’autres sujets. Je n’ai aucune envie de passer les vingt prochaines années à écrire des histoires de militaire. J’ai en revanche, très envie de continuer à écrire des livres.

Maître Roger
Maître Roger

J’espère d’ailleurs que je le recevrai de la part de ton aimable maison d’édition… (celle de Michel Goya ne l’a pas fait, si ça peut te motiver 😏)

Michel Goya, colonel-blogueur, parle de la guerre
à lire aussi...
Michel Goya, colonel-blogueur, nous parle de son parcours et nous explique, tout en nuances, ce que faire la guerre signifie

Jean Michelin
Jean Michelin

Il faudra que je leur pose la question. Les éditions Héloïse d’Ormesson, chez qui mon livre paraîtra pour la rentrée, sont peuplées de gens charmants, donc les espoirs sont permis.

Maître Roger
Maître Roger

Entre gens charmants, nous ne manquerons pas de nous entendre #monanalyse

Et au fait, qu’est-ce que tu venais faire sur Twitter en 2015 ? Tu étais où avant ?

Jean Michelin
Jean Michelin

J’ai débarqué sur Twitter après les attentats de novembre 2015, parce que j’étais en scolarité à l’école de guerre aux Etats-Unis à cette époque et que j’avais été frustré de la difficulté à obtenir des informations sur ce qu’il se passait à Paris alors qu’un membre de ma famille vivait juste en face de l’une des terrasses mitraillées.

Au début, j’ai fait comme tout le monde, j’ai rien compris, répondu à des gros comptes, participé à des concours de hashtags navrants, ce genre de choses. Et puis de fil en aiguille, mon appétence naturelle au bavardage m’a permis de rencontrer du monde, de raconter des trucs, puis d’autres trucs, et d’autres trucs.

« Jonquille » est arrivé un peu après et ça m’a aussi permis d’en faire parler. Et je suis resté.

Maître Roger
Maître Roger

Ça fait quel effet d’avoir 15.500 followers à l’heure où cette interview est préparée ?

Jean Michelin
Jean Michelin

C’est un peu vertigineux, on ne va pas se mentir, surtout quand on a ma ligne éditoriale qui est toujours un peu brouillonne d’une part, et parce que je suis tout de même soumis au devoir de réserve d’autre part.

Cela dit, c’est une situation qui m’oblige à être prudent et à me censurer régulièrement. Je me suis aussi toujours retenu de créer un compte anonyme : je me dis que ce que je ne suis pas prêt à assumer sous mon propre nom ne mérite probablement pas d’être écrit. Alors je fais gaffe.

Ce n’est pas une charge contre l’anonymat sur internet et sur les réseaux sociaux : c’est juste qu’au vu de mon boulot dans le vrai monde et de mon appétence naturelle à avoir une bouche souvent trop grande pour mon bien, c’est sans doute mieux ainsi.

Maître Roger
Maître Roger

J’espère bien que tu ne charges pas l’anonymat 😱 (même si dans mon cas c’est plutôt un pseudonymat, tel Stendhal ou Johnny Hallyday dont nul n’ignore les vrais noms s’il se donne la peine de chercher)

D’après mes suprêmes recherches, ton tweet le plus populaire est celui-ci :

Comment expliques-tu ce succès ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je me souviens très bien de ce truc : c’était un weekend, les librairies devaient rouvrir dans le cadre de l’allègement des mesures du deuxième confinement et j’étais parti acheter des croissants parce que c’était un samedi matin.

J’ai écrit ça à l’arrache, la laisse du chien dans une main et le téléphone dans l’autre, en traversant un parc en ville pour aller à la boulangerie

À la relecture, ça a quand même assez mal vieilli, mais sur le coup, c’était drôle. Je crois que ça a marché parce que ça collait à l’ambiance du jour et un peu du moment, mais je ne saurais pas en dire plus.

Maître Roger
Maître Roger

Et finalement, qu’est-ce qui est le plus exaltant ? La carrière militaire ou celle d’écrivain ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai une carrière d’écrivain, même si ça viendra peut-être un jour.

En revanche, je ne sais pas si je pourrais choisir. J’adore mon boulot parce que chaque nouveau poste est une nouvelle aventure et parce qu’il a du sens. J’écris depuis toujours et sans doute pour longtemps encore. Je n’ai aucune envie, à ce stade, de choisir entre les deux.

Maître Roger
Maître Roger

C’est @marietropique qui a souhaité que tu sois interviewé dans le blog suprême, en précisant « s’il avait le temps ».

Marie-Tropique ne joue pas aux dés
à lire aussi...
Dieu joue-t-il finalement aux dés ? La bibliothèque tournante est-elle supérieure à l'étagère Ikea ? Tant de questions, et surtout de réponses...

Qu’as-tu ressenti quand tu as appris cette merveilleuse nouvelle ?

Jean Michelin
Jean Michelin

J’étais très content, parce que même si nous ne nous sommes jamais rencontrés et menons selon toute vraisemblance des vies assez différentes, je suspecte chez Marie Tropique une obsession similaire à la mienne pour l’ordinaire des belles choses, la lumière dans les branches d’arbres, l’espérance, ce genre de trucs.

C’est la magie de ce réseau et ce qui fait qu’on y reste, je crois : de temps en temps, il y a une rencontre numérique qui clique sur un sujet ou deux.

Maître Roger
Maître Roger

Voire beaucoup plus d’une grâce à la magie du blog suprême #monanalyseapprofondie

Jean Michelin
Jean Michelin

On m’a beaucoup vanté ses effets miraculeux, en effet.

Maître Roger
Maître Roger

Tu m’as envoyé le DM conforme à la procédure pour obtenir ton interview quelques minutes après la publication de l’interview de Marie Tropique. Tu avais donc le temps ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je me souviens très bien, c’était un mercredi soir et j’étais en train de somnoler devant Top Chef après avoir couché l’enfant au terme d’une journée de dur labeur, car la vie d’un officier de carrière et d’un écrivain à succès est une exaltation permanente.

En vrai : on a toujours le temps, ou au moins on a toujours le choix. Le reste, ça s’organise.

Maître Roger
Maître Roger

À ton tour, qui souhaites-tu recommander pour une prochaine interview dans le blog suprême ? (un seul @ je serai intraitable)

Jean Michelin
Jean Michelin

J’aimerais bien que @Principedebase se prête au jeu, parce qu’elle a ce parcours complexe et protéiforme qui fait les bonnes interviews. Et aussi parce que c’est une bonne copine.

Anaïs Meunier, de l\'école militaire à Monte Cassino
à lire aussi...
Productrice de podcasts et ex-bibliothécaire ayant d'excellente fréquentations approuvée par le blogueur suprême en personne

Maître Roger
Maître Roger

Il en sera ainsi, l’heureuse nommée sera invitée en conformité avec les dispositions de la procédure suprême.

Depuis que tu connais Maître Roger, comment ta vie a-t-elle changé ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Depuis que Maître Roger a fait irruption dans ma vie, je dors en moyenne cinq heures par nuit et j’ai la tête d’un panda bouffi. Cela dit, ça pourrait aussi être lié aux poussées dentaires et virus à gogo du lardon.

Maître Roger
Maître Roger

Ah. Ça doit être une coïncidence.

Jean Michelin
Jean Michelin

Oui, certainement.

Maître Roger
Maître Roger

Tu n’ignores certainement pas que ton destin va être bouleversé dès la publication de ton interview dans le blog suprême. Les femmes seront nues dans la rue et se jetteront sur toi. Comment te prépares-tu à ce nouveau destin de star ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je prépare mes adieux, comme toutes les stars qui se respectent. Et les retours qui s’ensuivront.

Maître Roger
Maître Roger

Où souhaites-tu dîner avec Maître Roger quand tu seras cette star sur laquelle les femmes se jettent nues ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Ces derniers temps, j’ai des envies nostalgiques de sports bars dans le Midwest américain. J’ai des envies de nachos et de bière inconnue dans un patelin du Kansas avec le début de la saison de baseball en fond d’écran, je sais pas pourquoi.

Enfin, si, je sais, c’est parce que j’écris un peu là-dessus en ce moment.

Maître Roger
Maître Roger

Ah, c’est loin. Mais soit, allons-y, soyons audacieux.

Jean Michelin
Jean Michelin

L’avantage des dîners fictifs ou futurs, c’est qu’on est pas obligé d’ergoter sur le budget, alors autant en profiter, non ?

Maître Roger
Maître Roger

Absolument, profitons. Le futur nous appartient.

Hormis les questions inspirantes de Maître Roger, qu’as-tu lu de particulièrement marquant ces derniers jours ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Je m’échine à finir un bouquin prêté par une amie que je trouve chiant et mal écrit et ça me désole.

J’ai en revanche lu pas mal de trucs extraordinaires lors de ma dernière mission, notamment un bouquin de Dimitri Bortnikov qui s’appelle « l’Agneau des Neiges » et que j’ai tellement aimé que j’en ai fait une chronique pour un quotidien français.

Maître Roger
Maître Roger

Quelle chronique ? Quel quotidien ? Nous voulons savoir ! Les millions de lecteurs du blog suprême en ont le droit !

Jean Michelin
Jean Michelin

Libération ouvre une colonne dans son cahier livres du samedi pour permettre à un quidam de parler d’un livre qu’il a aimé. J’ai été ce quidam il y a deux ou trois semaines pour parler de ce livre.

Jean Michelin, officier de l’armée de terre et écrivain, a lu «l’Agneau des neiges»
Chaque semaine, une lectrice ou un lecteur chronique un coup de cœur littéraire...
www.liberation.fr

Maître Roger
Maître Roger

Et hormis tes réponses à cette interview, qu’as-tu écrit ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Pas grand-chose : je suis dans un entre deux, puisque je termine la relecture et la correction des épreuves de ceux qui restent et que je laisse infuser le premier jet d’un autre roman pendant quelques semaines encore avant de le reprendre.

Maître Roger
Maître Roger

Quelle image choisis-tu pour illustrer ton interview et pourquoi ce choix ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Celle qui est en bannière de mon profil Twitter. Ce sont les falaises à côté d’un bled qui s’appelle Hombori, au Mali. J’ai pris cette photo alors que nous étions en galère avec un de nos véhicules pendant une opération, avec mille trucs à penser autour et je trouve que parfois, la beauté te saute à la gueule quand tu ne t’y attends pas et ce sont les meilleurs moments.

Maître Roger
Maître Roger

Et la dépanneuse ? Elle avait fini par arriver où elle était tombée en panne comme celle évoquée par Monsieur Fernand au début des Tontons Flingueurs ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Dans le désert on trimbale les dépanneuses avec nous. Ça ne suffit pas toujours, notamment quand la dépanneuse tombe en panne.

Et puis on avait dit qu’on arrêtait les références de vieux, non ? On l’avait pas dit ?

Maître Roger
Maître Roger

Des vieux ? Quels vieux ? Tu vois des vieux, ici ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Bon.

Maître Roger
Maître Roger

Quelle musique as-tu écoutée pour répondre à cette interview ?

Jean Michelin
Jean Michelin

Le babyphone. Et c’est honteux parce que je savais que cette question viendrait.

En ce moment, j’écoute les derniers Marillion et Biffy Clyro. Le Marillion s’ouvre sur une chanson qui s’appelle « Be Hard on Yourself » et je trouve que c’est une injonction importante à contrecourant de l’ambiance actuelle. J’aime bien.

Maître Roger
Maître Roger

Et l’Afghanistan, dans tout ça ?

Jean Michelin
Jean Michelin

J’ai fait le deuil. Comme je ferai le deuil du Mali. Ma femme et mon fils ont besoin d’un mari et d’un père et je ne veux pas être ce vieux soldat qui a les yeux dans le vague quand il repense aux terres de ses missions. J’essaie d’être présent dans le monde qui est le mien et dans la vie qui est la mienne.

Je m’accorde un jour de mémoire par an, le neuf juin, le jour où des soldats sont morts sous mes ordres. Le reste du temps, j’essaie de vivre sans.

Maître Roger
Maître Roger

Cœurs sur toi et sur ta famille 🙏🏻

 

C'était l'interview de Jean Michelin (@jean__michelin)

 

avant...

Obsession twittérienne
La vie obsédante et obsédée d'un Twittos qui reçoit des nudes quotidiennement : comment ça se passe ? Où ça nous mène-t-il ?

après...

Le PS propose un stage d'entraînement au vote Chirac
[ARCHIVES] Un article paru dans Désinformations.com le web-journal satirique francophone de on goût de 1999 à 2019
© Maître Roger 1999-2022
à propos de #monanalyse | mentions légales