#monanalyse
#monanalyse

De la lecture de Gianrico Carofiglio

Son livre « De ma gentillesse et du courage » est un best-seller en Italie. Je ne me souviens pas avoir vu ces derniers mois les médias et réseaux sociaux inondés de promotion pour ce livre : il est encore temps d'y remédier, surtout en ces temps électoraux.

#monanalyse
le 15 JANVIER 2022,

Voici une lecture essentielle pour affronter les dernières semaines de cette campagne électorale qui nous afflige. Un livre écrit par un ancien magistrat italien, expert en arts martiaux, qui nous conseille de nous habituer à avoir tort pendant la plus grande partie de notre vie, et à vivre avec ça en faisant preuve de gentillesse et de courage.

Le titre traduit de l'italien par Laura Brignon nous évoque une forme latine dont la langue française a perdu l'usage, bien à tort, hormis dans les billets de blog de @FloreAline92 dont tous les titres commencent par « De ».

Des entreprise en bref et selon Flore-Aline
à lire aussi...
Flore-Aline a toujours travaillé en entreprises et elle en a fait un blog, sous forme de brèves pas toujours si brèves mais profondes et souvent drôles

Après une introduction sur la métaphore de l’art martial dont l’adepte utilise sa propre souplesse pour se servir de la force de l’adversaire afin de le terrasser, Gianrico Carofiglio écrit à la fois une théorie de la gentillesse et du courage, et un petit manuel pratique d’autodéfense contemporain.

Ah tiens, ça pourra aussi nous servir pour survivre à Twitter.

De la gentillesse et du courage, de Gianrico Carofiglio
De la gentillesse et du courage, de Gianrico Carofiglio
Achetez chez les gentils Amazon

Le saviez-vous : le conflit est inévitable et procède nécessairement du frottement des arguments de l’un et avec ceux de l’autre. Pour autant, il n’est pas nécessaire de détruire l'un ou l’autre pour sortir dudit conflit.

Le secret de ce conflit c’est la non résistance : s’assouplir plutôt que s’opposer frontalement, écouter, en faisant silence, avec l’esprit ouvert, sans préjugés.

L’autre secret, c’est de distinguer ce qui relève de la communication (d’un contenu, d’une idée, d’un candidat…) et ce qui relève de la manipulation (de l’ego, du narcissisme…).

En ces temps marqués par le trumpisme, et encore chez nous par le zemmourisme (dont on ne rappellera jamais assez qu’ils ne sont pas des humanismes), Carofiglio nous rafraîchit la mémoire : les fascismes ont toujours séduit les foules et fleuri sur les mensonges violents, répétés, grâce à leur simplicité et leur efficacité.

Pire pour le fascisme du XXIe siècle, la stupidité d’un Trump à coup de faits alternatifs circule immédiatement, fait trois fois le tour de la planète et trois mille fois celui des réseaux dits sociaux quand la diffusion de la vérité est laborieuse. Sans parler de la nuance, ce truc dont on ne se souvient qu’à travers les récits des temps mystérieux connus de nos grand-mères.

Pareil pour la falsification permanente de l’histoire à la Zemmour. Même si Carofiglio ne le nomme pas, puisqu’il écrit son livre trop tôt par rapport à l’invention du candidat transalpin (ou cisalpin, ça dépend du point de vue), une phrase vaut rappel à l’ordre pour nous tous d’un des symptômes particulièrement marquants du fascisme : « L’invitation à se réfugier dans un passé inventé de toute pièce révèle une incapacité à affronter un présent et un futur complexes. »

C’est à ce moment que le livre de Carofiglio prend la forme d’une manuel d’autodéfense pour repérer les discours toxiques. Pas totalement original mais une petite révision ne fait jamais de mal, surtout avec de nouveaux exemples tous frais.

Repérer le complot, ou retournement de la charge de la preuve (dont l’auteur rappelle qu’elle incombe à celui qui affirme un fait et non à celui qui lui répond qu’il a tort).

Repérer le raisonnement fallacieux, où l’auteur illustre plaisamment quelques-unes des grandes catégories de l’art d’avoir toujours raison selon Schopenhauer.

Prendre conscience de l’absence de sens de l’humour, symptôme de l’incapacité à entretenir deux pensées contradictoires sans tomber mentalement en panne. Toujours utile de se rappeler que le rire contribue à nous faire repérer les failles dans la normalité, dans l’ordre des choses. Ah tiens, ça peut aussi servir au travail, où le manager hermétique à l’humour n’augure rien de bon, j’en connais.

Et puis la peur. Repérer le discours qui fait peur, celui qui surestime le danger, celui qui plaît tant au flot médiatique qu’on pourrait finir par croire que les chaînes d’info continue ont juste besoin d’entretenir la peur pour exister.

Bien sûr la peur fait partie de nous, en tant que bagage biologique comme l’écrit élégamment Carofiglio.

Mais justement, nous avons la capacité d’être bien moins imbéciles que la peur animale, nous pouvons même collectivement répondre autrement que par la haine à la plus bestiale inhumanité. Le 11 janvier 2015, c’était notre réponse collective, et coïncidence un seul parti politique, à l’époque proche de Z, n’avait pas appelé à manifester.

L’esprit du 11 Janvier, c’était une réponse courageuse malgré l'effroi : nous étions carofiglioïstes sans le savoir.

Deux maximes pour finir : « cohabiter avec l’erreur et l’incertitude demande du courage », et puis « on ne réfléchit pas avec gentillesse et courage parce que ça fait joli mais parce qu’on fait partie de l’espèce humaine ».

Bien entendu, tous les manipulateurs vous affirmeront en retour qu’ils sont gentils (et donc pas vous) et qu’ils ne sont pas lâches (et donc vous). Soyons souples, écoutons.

Et puis comme en art martial, ne les laissons pas nous emmerder trop longtemps #monanalyse

Achetez De la gentillesse et du courage chez le gentil Amazon

 

avant...

L'Endive interviewée
Premier légume interviewé dans le blog suprême, l'Endive la plus célèbre du Twitter francophone évoque la Bretagne, entre autres sujets importants

après...

Naïs révèle la vérité sur le chablis
Si je vous dis Toc toc toc, à qui pensez-vous ? A l'égérie du chablis, bien sûr, et de plein d'autres choses qu'elle révèle dans son interview
© Maître Roger 1999-2022
à propos de #monanalyse | mentions légales