#monanalyse

Police, vos papiers !

Je connais Christophe Korell depuis de nombreuses années grâce à la légendaire magie de Twitter, je l’avais même interviewé dans feu mon web-journal satirique francophone de bon goût. Quand son livre, Police nationale, l’envers du décor est sorti, c’est donc tout naturellement qu’il me l’a offert.

#monanalyse
le 10 AVRIL 2021,

Police nationale, l\'envers du décor
Police nationale, l'envers du décor

La première impression que fait ce livre est très forte : Pierre Joxe est encore vivant, il a écrit la préface. C’est un choc, évidemment. Pierre Joxe est si vieux, il a été ministre pour la première fois il y a si longtemps… c’est comme ces stars de la chanson des années surannées dont on se dit « ah tiens, il n’était pas déjà mort » quand on apprend la triste nouvelle par une notification de l’application du Monde sur le superbe iPhone 12 mini qui nous tient lieu de doudou transitionnel.

Blague à part, c’est drôlement la classe d’être préfacé par Pierre Joxe, j’avoue. Presque autant que de recevoir ledit livre avec une charmante dédicace de l’auteur.

La suprême dédicace de l\'auteur
La suprême dédicace de l'auteur

La deuxième impression que fait ce livre est esthétique : ses dimensions respectent à quelques centièmes près la proportion du nombre d’or. Saluons ce souci du détail des éditions Denoël pour ce livre que j’ai lu à Pâques.

La troisième impression que fait ce livre est plus gênante à confesser.

On a beau avoir applaudi la police en 2015, on a beau avoir de bonnes relations avec les forces de l’ordre de son bled (en zone gendarmerie, certes, mais ne chipotons pas, c’est juste une autre nuance de bleu), on a beau respecter profondément l’engagement républicain de celles et ceux qui se sont pris les pluies de pavés, cocktails Molotov et autres produits de quincaillerie lancés par les hordes de gilets jaunes et autres black bloc pendant des mois les samedis après-midi…

On a beau tout ce qui précède, on n’aime quand même pas trop la police. L’impression qu’il y a quand même beaucoup de quasi-fachos en son sein, et en plus représentés par des syndicats qui ont dû apprendre la bienveillance dans un stage accéléré animé par Jean-Michel Blanquer en personne. Sans parler des derniers ministres de l’intérieur, pour le coup, qui se sont succédés place Beauvau pour leur plan de carrière plus que pour notre sécurité quotidienne et de proximité.

La troisième impression c’est donc d’aimer la police après avoir lu le livre de Christophe Korell. Parce qu’il parle sans fard de tout ça, qu’il explique l’histoire de la police, qu’il fait témoigner des vrais policiers qui réagissent sur ce qui nous gêne, sur ce qui les gêne aussi.

Parce qu’il fait aussi l’effort de nous expliquer les arcanes de l’organisation administrative de nos « gardiens de la paix ». L’administration française est admirée dans le monde entier et au-delà pour sa délicieuse complexité. Force nous est d’avouer que l’art administratif hexagonal atteint un niveau galactique s’agissant de la police.

Police nationale, l\'envers du décor selon Christophe Korell
Police nationale, l'envers du décor selon Christophe Korell
achetez chez Amazon (dont l'envers du décor est pas mal non plus)

Lire Police nationale, l’envers du décor, c’est se donner les moyens de comprendre ce qui ne va pas, ce que l’on pourrait faire, ce qui manque, aussi. Christophe Korell l’explique, donne la parole à ceux qui ont quelque chose d’important à nous dire sur la police car ils la vivent de l’intérieur.

Tel Lao Tseu qui a montré la voie quand il déclara que « c’est ce qui manque qui donne la raison d’être », Christophe Korell écrit un livre sur qui manque dans notre police nationale et donc dans notre République.

Lisez le livre de Christophe Korell, et plus jamais vous ne regarderez vos policiers sans respect et amour.

 

avant...

Interview de Cincinnatus, blogueur
Cincinnatus a créé son blog en 2014 et nous y entretient de la République, qui nous appelle et pour laquelle nous savons mourir

après...

Emmanuel Talayrach (@ManYouTopie)
Emmanuel Talayrach est un twittos, depuis juin 2011, qui a beaucoup de choses à nous dire et méritait d'être interviewé dans le blog suprême
© Maître Roger 1999-2021
à propos de #monanalyse | mentions légales