#monanalyse

Paul Kerjean, portrait d'un blogueur

Il est un blogueur discret et révolté, dont chaque billet est un caillou dans la chaussure de l'air du temps.

#monanalyse
le 13 MARS 2021,

Un blog, une bannière
Un blog, une bannière

L'interview de Paul Kerjean (@pkblog)

Lire son blog :
PrototypeKblog

Il est un twittos discret, effacé, qui n'a pas de photo de profil et qui ne parle pas aux gens mais leur écrit des billets de son blog, « PrototypeKblog », sous-titré « le chemin se fait en avançant ». Arriver sur son blog, c’est l’assurance de suivre, d’hyperliens en hyperliens, tout un cheminement qui fait réfléchir. Un chemin politique où il n’y a ni droite ni gauche, juste l’humanité d’un homme.

Maître Roger
Maître Roger

Quel a été l’événement déclencheur pour créer ton blog ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Bonjour mon cher Maître,

C'était un lundi de décembre 2012. Il restait deux semaines avant les vacances de Noël, et dans mon activité d'alors, ça promettait d'être deux semaines structurellement ennuyeuses.

C'était deux semaines avant la supposée fin du monde selon le supposé calendrier des Mayas, le 21/12/12. Les mois précédents avaient été bien chargés. Les mois à venir, à partir de janvier 2013, s'annonçaient bien chargés.

Ca faisait des années qu'on me pressait de mettre à écrire un blog.

Ca faisait des années que je sentais beaucoup de choses glisser dans le mauvais sens, dans ma vie personnelle comme dans tout le reste.

C'était un lundi. C'était un lundi matin.

Je me suis lancé. Il n'y a eu aucun évènement déclencheur. La veille, je n'y pensais pas. L'après-midi, je n'y aurai pas pensé – une urgence très imprévue de type enfant à emmener d'urgence aux urgences m'est tombée dessus ce midi-là.

Non, il n'y a eu aucun évènement déclencheur.

Peut-être eût-il mieux valu que rien de tout ça n'arrive, d'ailleurs.

Maître Roger
Maître Roger

Tu as commencé en 2012 et produit plus de 600 billets depuis, en maintenant un rythme régulier d’écriture. Comment expliques-tu cette longévité exceptionnelle de blogueur ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Une forme de persévérance, sans doute.

Une illustration que, au fond, j'ai ou j'avais des choses à dire – l'intérêt et la pertinence des dîtes choses restant variables et discutables. La fait aussi que ce blog a pris parfois des allures de radeau, de truc auquel je m'accroche au milieu de la tempête.

Une forme d'acharnement.

Une illustration de ces trois mots banals que je cite souvent, en pensant toujours très précisément au chapitre 104 du Pendule de Foucault :

« Ce soir-là, j'étais seulement fier d'avoir construit une belle histoire. J'étais un esthète, utilisant la chair et le sang du monde pour en faire de la Beauté. Belbo était désormais un adepte. Comme tout le monde, non par illumination, mais faute de mieux. »

S'il m'est permis de m'auto-citer/auto-référencer dans ce contexte... Un jour j'ai écrit un billet intitulé « Ce qu'on ne peut pas me prendre ».

Une précision : sur 660 billets, il y a probablement au moins la moitié qui ont très mal vieilli, peut-être bien plus.

Maître Roger
Maître Roger

Ah ça... Nous vieillissons tous, et nos écrits avec nous... c'est aussi un témoignage du temps, une manière de se souvenir en relisant de vieux textes...

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Je confesse qu'il m'arrive de regarder les statistiques de lecture epsilonesques de ce blog.

Je suis parfois surpris de voir apparaître le titre d'un billet dont j'avais oublié l'existence.

Inversement, certains billets sont indissociables d'un moment, d'un lieu ou d'une période.

C'est curieux, la mémoire et toutes ces sortes de choses, mais je ne t'apprends rien.

Maître Roger
Maître Roger

C'est vrai, c'est curieux, la mémoire...

Tu as commencé ce blog en écrivant qu’il n’y avait pas de plan défini. Et aujourd’hui ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Aujourd'hui, je crains que ce blog ne soit devenu « bipolaire », avec toutes les réserves qu'implique ce mot désormais fortement connoté psychologiquement.

Ou, pour reprendre une tournure de phrases qui sent bon la compote de pommes de l'hiver 1995 : « Il y a dans ce blog une fracture... »

... avec d'un côté des billets sur l'actualité navrante du néolibéralisme en temps de pandémie, le macronisme c'est le pillage et la crise climatique est priée d'attendre les prochains versements de dividendes...

... et d'un autre côté des billets sur le naufrage non moins navrant d'un individu emprisonné chez lui par lui-même depuis le vendredi 13 mars 2020, comme tant d'autres en télétravail avec perpétuité, avec quelques circonstances aggravantes.

Bref, un mélange vulnérable et navrant de militantisme et de dépression.

Faute de mieux, évidemment, faute de mieux.

« Le chemin se fait en avançant » ? Oui, mais que dire d'un chemin qui tourne en rond. Comme dit Dupond à Dupont dans la jeep « Nous sommes sûrement tout près d'un grand centre... »

Dupond et Dupont, près d\'un grand centre
Dupond et Dupont, près d'un grand centre

Maître Roger
Maître Roger

Ah oui, « Nous n'avons plus qu'à suivre ces traces et le tour est joué » #monanalyse

Dans le nuage de mots clefs de ton blog, celui écrit le plus gros est « temps », puis il y a « vie », « Europe », « Histoire », « néolibéralisme », « capitalisme » : qu’est-ce que ce classement t’inspire ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Je suis tenté de répondre par quelques slogans / formules lapidaires / tweets à l'ancienne (140 caractères c'était déjà beaucoup) / titres de vieux billets ou de futurs billets...

Le temps, c'est ce qui manque le plus.

C'est pas ma vie.

L'Europe, c'est pas l'Union Européenne.

L'Histoire est vivante. (« Je suis vivant et vous êtes morts », c'est Ubik, PK Dick, Carrère, etc; moi c'est plutôt « Je suis mort et vous êtes vivants »)

Le néolibéralisme, c'est le pillage des vieilles nations par leur soi-disant élites ; c'est aussi un poison déversé en abondance dans toutes les têtes nées à partir de 1970 environ (le temps zéro en informatique moderne (UNIX JS etc) c'est le 1/1/1970, je ne crois pas à la thèse de l'accident).

Romaric Godin et le néolibéralisme dans les têtes
Le livre de Romaric Godin intitulé « La guerre sociale en France : Aux sources économiques de la démocratie autoritaire » est très intéressant. Je le recommande vivement. Ce l…
prototypekblog.wordpress.com

Maître Roger
Maître Roger

Combien de temps consacres-tu à l’écriture ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Pas assez. J'ai un travail, j'ai une famille (et j'ai aussi une patrie, mais elle ne me consomme pas tant de temps que ça).

Et puis, il ne faut pas que ça se voie.

Maître Roger
Maître Roger

Pourquoi n’as-tu toujours pas écrit LE grand ouvrage qui, sans aucun doute, fera de toi le Karl Marx du XXIe siècle ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Parce que je n'en ai pas le talent, tout simplement. A la base, je reste principalement un ingénieur informaticien anonyme et un peu paumé, et pas grand-chose de plus, memento mori et tout le bazar. Les faits sont têtus, mon cher maître. Факты — упрямая вещь.

Maître Roger
Maître Roger

Nous nous sommes connus par blogs interposés il y 3 ans, nous sommes devenus amis. Comment notre amitié a-t-elle changé ta vie ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Elle fait partie des rayons qui ont redonné de la couleur à ma vie à une époque où elle manquait singulièrement.

Maître Roger
Maître Roger

En ayant ton interview publiée dans le blog suprême de Maître Roger, ce dont rêvent tous les blogueurs bien nés, tu n’ignores pas que tu risques de doubler ton nombre de followers. Es-tu prêt au grand saut vers la célébrité ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Question de Madame Bellepaire, de Loches... Qui a dit, en juin 2011 : « Hier, j’avais une chance sur un million [de devenir président de la République]. Aujourd’hui, j’ai deux chances sur un million. À ce rythme-là, on peut parler de progression exponentielle… » ?

Maître Roger
Maître Roger

Quand le foutu confinement sera terminé, où irons-nous déjeuner ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

Où on pourra.

Maître Roger
Maître Roger

Et Dieu, dans tout ça ?

Paul Kerjean
Paul Kerjean

J'ai grandi avec la conviction qu'on pouvait se passer des religions, que les vieilles religions ne servaient plus à rien, sinon comme reliques, curiosités touristiques et intellectuelles.

J'ai gardé cette conviction, même si je comprends de mieux en mieux le besoin de croire, le besoin de liens, le besoin de révélations et autres ressorts qui nourrissent les phénomènes religieux.

Je suis navré de voir l'importance accordée par mes contemporains aux machins religieux et néo-religieux, l'utilisation et la manipulation qui en sont faites, au premier, deuxième et énième degrés.

On a suffisamment de problèmes ; on n'a pas besoin de ça.

Bref, je ne compte pas sur dieu, mais s'il existe et s'il est bienveillant, comme on dit maintenant, il doit être très occupé, y a du boulot.

Etc etc etc.

 

C'était l'interview de Paul Kerjean (@pkblog)

Lire son blog :
PrototypeKblog

 

avant...

L'Harmonieuse, interview d'Adeline Jaouadi
Adeline Jaouadi porte un projet "qui crée des ponts", nommé L'Harmonieuse, et qui se situera près du Mans ; interview par Maître Roger, blogueur suprême

après...

Interview de l'auteur du dictionnaire des mots surannés
Aux temps surannés, on parlait une langue séduisante et châtiée ; grâce au dictionnaire des mots surannés, elle est conservée dans l'écrin des internets
© Maître Roger 1999-2021
à propos de #monanalyse | mentions légales